Humour noir

 

Images, textes, caricatures et animations sur la pêche et les poissons

Quelques aspects de l'humour noir appliqué à la pêche  

 Farines animales

usage des farines animales pour nourrir les poissons 

Les premiers effets de l'usage des farines animales pour nourrir les poissons 

 

 Autres mutations animales curieuses

poisson chat monstrueux

Dans chaque (poisson) chat il y a un (poisson) tigre qui sommeille.  

 

 Et encore plus dangereux

Pacu

Le Pacu, mangeur de testicules. Depuis, les danois ont conçu un waders renforcé à la ceinture et la courbe démographique du pays s'est remise à croitre.  

 

 Après la bataille

Le Pays de France Les Kaboches de la semaine par George-Edward (12 Août 1915) 

 

Humour noir au bord de l'égout 

Sans légende

  Humour noir biologique

Pourquoi les poissons deviennent si calmes et n'ont jamais mal à la tête?

Une étude récente sur les produits pharmacieutiques dans les rivières de l'Ouest de la France, montre que le paracétamol est présent dans l'eau à hauteur de 400 nanogrammes par litre (analgésique) et le valium (oxazepam) de 600 nanogrammes. 

Le pêcheur peut aussi ajouter à la relaxation de la pêche quelques verres d'eau de la rivière (ne pas dépasser la dose prescrite à cause de la conduite automobile)

On disait de l'inventeur de la mémoire de l'eau qu'il jetait le matin la clef de sa voiture au pont d'Austerlitz et récupérait le soir un litre d'eau de la Seine au pont Mirabeau pour en ouvrir la porte. Il nous semble bien battu par ces nouvelles découvertes. 

Humour noir antique:

Le Maître et l'invité ou la pollution ce n'est pas si nouveau

On sert à Virron une murène pêchée dans la caverne la plus profonde de Sicile .... A vous on a gardé une anguille, espèce de longue couleuvre, ou un poisson du Tibre podré à frimas d'immondices, pur produit des égouts riverains, engraissé au bouillon de vidange et habitué à remonter le collecteur jusqu'en plein Subure!

Juvénal - Satire 5 - 1er siècle après Jésus Christ

Humour noir macabre: un enterrement de pêcheur original

Un pêcheur Anglais, qui a pratiqué la même rivière pendant 40 ans, a décidé de se faire enterrer dans son lieu de loisir préféré, et de manière utile pour le nature. Il a donc demandé à se faire incinérer, et d'avoir ses cendres mélangées à de l'amorce pour obtenir 15kg de nourriture pour les poissons. On voit ci-dessus la famille qui répand ses cendres au lance pierre dans la rivière. 

epitaphe de pecheur
Epitaphe de Julot
pêcheur en tombe
Illustration de la pêche à tombeau ouvert

 

 

les brochets mordent bien 

les brochets mordent bien

Il y a des jours ou aller à la pêche coûte un bras

 

Sherlock Holmes enquête : Benson, la célèbre carpe, fut elle victime d’un empoisonnement?

Benson, la carpe géante britannique, dont la mort a suscité une effusion dans les organisations internationales ce mois-ci, n'a probablement pas été la victime d'un acte criminel, a déclaré le taxidermiste chargé d'examiner sa mort soudaine, lundi 17 Août. Au lieu de cela, elle a probablement succombé à des complications liées à la reproduction.
La carpe de 52 livres a été retrouvée morte au complexe de pêche privé des lacs Bluebell, près de Peterborough, en Angleterre, à la fin de Juillet. Connue comme la plus grosse carpe commune de Grande-Bretagne, elle avait été capturée et remise à l’eau 63 fois au fil des ans.
La mort subite de Benson a suscité la crainte qu'elle n’ait été tuée par des pêcheurs indélicats. Le propriétaire des lacs Bluebell, Tony Bridgefoot, a trouvé des traces de noix tigres brutes près du lieu où Benson est morte. Les noix, utilisée pour tenter le poissons à la surface, peuvent être toxiques pour une carpe.
Mais Barry Williams, un taxidermiste des Midlands à qui M. Bridgefoot a demandé d'investiguer les causes de la mort de Benson, a déclaré que, tout en préparant son montage, il a trouvé des preuves que Benson était en période de fraie. Les œufs peuvent bloquer l'oviducte d'un poisson, conduisant à des infections qui peuvent le tuer. M. Williams a dit qu'il n’a vu aucune trace de noix tigre dans le système digestif du poisson.
M. Bridgefoot a dit qu'il était disposé à accepter cette conclusion. Ce fut un soulagement, dit-il, d'apprendre que la carpe est décédée de causes indépendantes de sa volonté.

Élémentaire mon cher Watson !

The Wall street journal 18/08/2009

Hommage au Prince de l'humour noir

Pierre Doris

Détournons donc au profit de la gente halieutique une de ses histoires noires typiques:

- Ma première femme est morte d'un plat de poisson pas frais,
- Ma seconde femme est morte d'un plat de poisson pas frais,
- Ma troisième femme est morte d'une fracture du crâne ... parce qu'elle refusait un plat de poisson pas frais

 

Dignitas

En attendant le départ de son vol dans l'immense, sinistre et elle-même assez létale salle d'embarquement de l'aéroport de Roissy 2, il se demanda d'un seul coup ce qu'il allait faire à Zurich. Son père était mort, de toute évidence, depuis déjà plusieurs jours, ses cendres devaient déjà flotter sur les eaux du lac de Zurich. En se renseignant sur Internet, il avait appris que Dignitas (c'était le nom du groupement d'euthanasieurs) faisait l'objet d'une plainte d'une association écologiste locale. Pas du tout en raison de ses activités, au contraire les écologistes en question se réjouissaient de l'existence de Dignitas, ils se déclaraient même entièrement solidaires de son combat ; mais la quantité de cendres et d'ossements humains qu'ils déversaient dans les eaux du lac était selon eux excessive, et avait l'inconvénient de favoriser une espèce de carpe brésilienne, récemment arrivée en Europe, au détriment de l'omble chevalier, et plus généralement des poissons locaux.

Michel Houellebecq

La carte et le territoire

Flammarion

 

Vu dans un lodge écossais de pêche à la mouche:

Ceux qui boivent pour oublier sont priés de payer d’avance

Vu dans un lodge Français:

Je ne bois jamais à outance, d'ailleurs je ne sais même pas ou c'est, Outrance!

Je n'ai jamais abusé de l'alcool .... il a toujours été consentant

 

Dame brochet plus forte  que la mante religieuse !

Le père Minon est un grand pêcheur et, tout au long de la rivière, ses paroles font figure d'oracles.

Il arrive cependant qu'il se trompe. J'ai rengainé dans son étui ma petite canne à truites et sorti ma gaule à lancer. Le père Minon sourit, car, pour lui, ce n'est pas de la pêche sérieuse. Chaque fois que j'accroche une racine du fond ou une des cordées dont il garnit impudemment le lit de la rivière, le vieux exulte. Je confesse que c'est un plaisir qu'il a souvent. Mais qu'il m'arrive de sortir tout à coup quatre ou cinq belles perches qui ont happé, avec le métal brillant de la cuiller, le grappin qu'elle cachait, le nez du vieux s'allonge. Il prétend que c'est pure chance, car il demeure l'apôtre du bouchon. J'imagine, au surplus, que ses plus belles pêches lui viennent de l'habileté avec laquelle, la nuit tombée, il joue impudemment de tous les engins prohibés : du filet, de la nasse, sans parler peut-être des explosifs. Il garnit ainsi son panier, suffisamment pour être un bon client des cabarets. Quant à la prison, il y échappe toujours. Il sait, lorsqu'il est pris, comment faire traîner l'affaire jusqu'à l'approche des élections et, comme par miracle, il obtient alors un non-lieu.

A force de promener mon appât entre les souches, au fond des troncs, j'ai touché un gros brochet. Il m'a d'abord enlevé du fil, il est parti comme une flèche au milieu de la rivière. A présent, il se fait traîner, j'ai la sensation de haler une énorme souche. Petit à petit, centimètre par centimètre, je l'ai arraché du courant, amené à la surface, dans un endroit calme. Le père Minon est à côté de moi, contemple la bête, qui, recourbée en arc de cercle, Oppose le plus de surface possible à ma traction. Le brochet tourne et retourne sur lui-même - et c'est la plus habile des manœuvres - pour tenter de se décrocher. Mais il est bien ferré et il ira tout de même au panier.

Le père Minon le regarde, le prend aux ouïes, le soupèse.

- Une belle pièce. Il fait ses neuf livres et demie.

J'en puis être assuré, car, en matière de poisson, l'œil et la main du bonhomme valent une fameuse balance.

— Yen a sûrement un second au même endroit, me dit le père Minon. Le brochet est en ménage, c'est connu. Où l'on en prend un on trouve toujours la paire.

A quoi bon dire au père Minon qu'il a de eu beau passer quarante, cinquante ou peut-être même soixante ans au bord de l'eau, il n'a jamais su observer la rivière ou ses hôtes ? Il est possible qu'il y ait deux gros brochets, mais ce sont assurément deux femelles, qui vivent côte à côte parce qu'elles sont de force égale et qu'aussi elles ne risquent rien l'une de l'autre, et, surtout, parce que, lorsque l'une d'elles chasse, elle rabat forcément quelque festin dans la gueule énorme de l'autre. Mais le père Minon n'a jamais scruté avec attention le fond cruel de l'onde. Il saurait que l'amour conjugal tel qu'il l'entend est inconnu chez les brochets.

La capture d'un gros brochet mâle est une rareté, je m'étais souvent demandé pourquoi. Il m'a fallu de longues et patientes observations pour en connaître la raison.

Il m’arrivait souvent, au Canada, de passer au bord de la rivière des heures entières. Cet endroit de l'Assiniboine où j'allais pécher était bien l'un des lieux les plus sauvages du Manitoba. La rivière coulait dans une gorge étroite et profonde, creusée, burinée par le flot, à travers la glaise et le sable. Les escarpements étaient hérissés d'une forêt dense, peu pénétrée encore, refuge admirable pour les ours et pour les cerfs.

Après avoir pêché pendant quelques instants et avoir garni mon sac, il m'arrivait souvent de grimper sur un vieux et majestueux érable dont la maîtresse branche s'étendait au-dessus de l'eau, comme pour y baigner sa verdure. De cette position relativement élevée, par les périodes de beau temps, lorsque la rivière était forcément claire, mon regard pénétrait jusqu'au de fond. Rien de ce qui occupait le peuple de la rivière ne m'échappait. Certain été, j'assistai à des noces de brochets.

II est inutile que j'entre ici dans des détails qui pourraient paraître à certaines personnes relever d'une littérature spéciale. Qu'il me suffise donc de dire qu'une grosse femelle était venue tout d'abord, qu'elle avait, de son ventre, creusé la frayère, qu'elle avait pondu. Puis, cette opération accomplie, elle s'était laissé dériver par le courant à trois mètres plus loin, jusqu'à une touffe d'herbe aquatique où elle demeurait immobile, invisible à tout le monde de la rivière, je crois, et surveillée par moi seul. Vint à sa suite un jeune mâle, moitié moins gros qu'elle. L'instinct de la saison le guidait vers la frayère. La femelle donna un coup, de queue si léger qu'aucune herbe ne trembla, avança la tête, regarda son jeune époux et rentra doucement dans sa cachette. Lui, cependant, remplissait ses devoirs. Épuisé de passion satisfaite, il se laissa emporter par le courant. Pas bien loin. La charmante épousée le guettait. Lorsqu'il passa à portée, elle fonça brusquement sur lui; d'un furieux coup de queue, elle le happa par le travers. Je la vis revenir à son poste, retourner prestement sa proie et l'avaler, la tête la première, comme il convient.

Voilà donc l'amour chez les brochets. J'aurais pu croire le fait isolé ; mais, les années qui suivirent, je renouvelai mes observations avec le même succès. Ma conviction était faite. Chaque fois qu'une femelle est fécondée par un mâle moins puissant qu'elle, les noces se terminent par un festin dont l'époux fait les frais. Répétition exacte, au surplus, de mœurs fréquentes chez les insectes. Les raisons, dans les deux cas, en sont les mêmes. L'instinct maternel conseille à la femelle de sauvegarder la vie de ses futurs enfants, en mettant à mal un puissant, destructeur ; elle combat aussi la concurrence alimentaire ; enfin, elle refait à bon marché ses forces épuisées.


MAURICE CONSTANTIN-WEYER.(Les Annales 15 Mai 1932)

 

Du Parfait Pêcheur:
Tout comme les humains, les poissons ont aussi leurs médecins, pharmaciens en même temps. C’est la tanche qui joue ce double rôle. Son corps est, en effet, enduit d'une espèce de mucus secrété abondamment par la peau Cette glue forme une panacée merveilleuse pour les blessures de la gent poissonneuse. Lorsqu'un gardon, une carpe, un chevesne a été blessé par un brochet, il part aussitôt à la recherche d'une tanche, et il se frotte contre elle pour couvrir son bobo de l’onguent miraculeux. 
Et lorsqu'un brochet est souffrant, savez vous ce qu'il fait? Lui aussi cherche une tanche, mais il ne se contente pas de se frotter contre elle : le médecin-pharmacien devient remède, il la dévore. Aussitôt après, il se sent tout ragaillardi. 
Si les humains mangeaient parfois du médecin pour se guérir, la profession médicale serait peut-être moins recherchée.
La pêche illustrée – 15 Janvier 1910

 

Le mariage, une soupe de poissons?

Un député Européen Anglais, pour expliquer que la construction de l'Europe est irréversible, donne pour exemple le fait qu'un mariage sur six dans la communauté est international : « on ne peut pas revenir en arrière, c’est comme essayer de remettre une soupe de poisson dans l’aquarium ».

 

Le prix Darwin pour les pêcheurs?

Dans l'ouvrage de Wendy Northcutt "The Darwin Award" nous n'avons trouvé que peu d'histoires de pêcheurs.

Rappelons que le label Darwin est décerné à toute personne ayant mise en pratique une énorme imbécillité et ayant payé de sa vie cette bêtise, s'excluant ainsi du pool génétique pour le bienfait de l'humanité future.

Un label Darwin a été cependant décerné à un pêcheur ayant décidé d'aller pêcher sous la glace avec son chien, un Golden Retreiver. Pour gagner du temps il n'a pas eu de meilleure idée que celle de faire un trou dans la glace à l'aide d'un bâton de dynamite. Il a donc jeté le bâton et son Golden Retreiver pensant qu'il s'agissait d'un jeu a rapporté la dynamite..... Vous imaginez la suite .....

Dans le troisième volume il y a aussi une histoire de recherche de vers de terre à l'aide d'électrodes plantées dans la terre et alimentées par une batterie. Pour accélérer le processus, certains ont pensé que de brancher le 220V devait augmenter le rendement. On compte deux douzaines de victimes de cette fausse bonne idée.

 

Pêche au chat crevé
Technique des années soixante.
Prenez un chat crevé
Attachez-le à une branche surplombant une rivière.
Les mouches viendront pondre sur la peau mais à cause de sa dureté, les asticots ne parviendront pas à pénétrer dans la chair.
Ce qui fait que des asticots, vont se détacher du chat de manière régulière et tomber dans la rivière.
Cette chute d'asticots, source de nourriture, va attirer les poissons
Au bout de quelques jours vous pouvez commencer à pêcher.

 

Les déprimés et les pêcheurs 

pecheur et suicidé

Attendez une minute .... ça mord!


  

compatibilité htmlcompatibilité w3c

Mise à jour